> > > Ligne à Grande Vitesse SEA

Dossier : Ligne à Grande Vitesse SEA

La création de la Ligne à Grande Vitesse entre Tours et Bordeaux permettant l'offre TGV Océane, est une opportunité pour l'économie de la Vienne et un atout pour l'attractivité du département.

Un projet transrégional d’envergure

La LGV SEA fait bénéficier le grand Sud Ouest de la grande vitesse ferroviaire, réduisant le temps du voyage Paris-Bordeaux (2h04). Elle facilite également les trajets entre les grandes agglomérations de cette zone (Tours, Châtellerault, Poitiers, Angoulème) .

Déclarée d’intérêt public en 2006 et 2009, la LGV devient opérationnelle en juillet 2017, après 6 ans de conception et de construction (2011 - 2016) pour 302 km de nouvelles voies à grande vitesse.

La Vienne, au coeur du tracé

Située à mi-chemin entre la capitale girondine et Paris, la Vienne dispose là d'un nouvel atout pour faire valoir les qualités de son territoire : une image touristique dynamique avec le Futuroscope et Center Parcs, une offre en termes d'enseignement supérieur, de recherche et de santé, ainsi qu'une identité poitevine affirmée et volontaire, créatrice de richesses.
Aussi la LGV doit servir l'attractivité de la Vienne, pour séduire nouveaux habitants et touristes.

Qui fait quoi ?

Réseau Ferré de France, le propriétaire

RFF est un établissement public national à caractère industriel et commercial, propriétaire et gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire dont l'exploitation est confiée à LISEA, suite à un appel d'offres.

 

LISEA, le concessionnaire

Consortium regroupant VINCI, la Caisse des Dépôts, SOJAS et AXA Private Equity, LISEA est concessionnaire de la ligne grande Vitesse en 2011 jusqu’en 2061. Le concessionnaire est rémunéré par les redevances liées au trafic versées par les entreprises faisant circuler les trains sur la ligne.

 

COSEA, le constructeur

Société créée par LISEA, pilotée par Vinci Construction et basée sur la Technopole du Futuroscope, COSEA a été dédiée à la conception et la construction de la ligne jusqu’en 2016.

 

MESEA : la maintenance

Après la construction, MESEA, également pilotée par Vinci Construction, prend le relais de COSEA pour la maintenance de la ligne, à partir de 2016.

Timeline

2009
Déclaration d’intérêt public pour la section Tours - Angoulême

2011

  • Concertation, études et autorisations administratives
  • Sondage, archéologie préventive
  • Acquisition des terrains

2012 - 2014

  • Travaux d’infrastructure (terrassements, ouvrages d’art, plateformes)
  • Début des équipements ferroviaires

2014 - 2015
Équipements ferroviaires (voie, caténaires, énergie, signalisation, télécommunications)

2016
Essais et homologation

2017
2 juillet : Mise en service

L'engagement du Département de la Vienne

Les collectivités impactées par le tracé de la LGV SEA ont été appelées à participer au projet. Le Département de la Vienne a répondu favorablement à un engagement financier.

  • Coût global : 7,8 milliards d’euros
  • Subventions publiques : 3 milliards d’euros, provenant de l’État, des collectivités territoriales et de l’Union Européenne
  • Participation financière du Département de la Vienne : 31,5 millions d’euros, toutes dépenses comprises, actualisées en regard de l’index du BTP (TP01)

 

Si l’adhésion à la LGV SEA n’a pas connu de frein, les Conseillers Départementaux ont exigé des contreparties, par délibération du 21 février 2011 :

  • La mise en place d’un droit au départ pour les propriétaires qui subiraient des conséquences nuisibles sur leur vie quotidienne du fait de la proximité du tracé. Le droit au départ est destiné à garantir une compensation lors de la vente de leur habitat pendant 3 années suivant la mise en service de la ligne.
  • Le respect des engagements de l’État sur l’insertion paysagée, le cadre de vie, la protection de la faune et de la flore, ainsi que la préservation de la ressource en eau
  • La conservation des dessertes a minima des gares de Châtellerault, du Futuroscope et de Poitiers au même niveau de service qu’en 2009, année de référence

Les retombées économiques

Les 5 années nécessaires à la construction de la ligne (2011 - 2016) ont favorisé l’emploi et la sous-traitance locale, ainsi que l’économie de services pour accueillir les entreprises et les milliers de salariés du chantier Tours - Bordeaux.

Les acteurs économiques de la Vienne se sont donc mobilisés pour que les entreprises du département bénéficient de marchés dans des domaines divers : déboisement, terrassement, assainissement et réseaux, équipement, clôture, plantation, transports, déchets, prestations intellectuelles… Un tel chantier, ce sont également des besoins en fourniture et en services : hébergement, restauration, nettoyage, transports, communication...

Concrètement dans la Vienne

  • 2 milliards d'investissements générés

  • 114 millions d'euros de contrats signés pour les entreprises du département

  • Siège de Coséa (500 personnes) pour la conception et la construction de la ligne

  • 5 500 emplois dont 1 200 emplois directs en moyenne (pic de 3 000 emplois directs au plus fort du chantier)

  • Retour à l'emploi de 300 personnes bénéficiaires du RSA

  • 63 km de voies nouvelles, 14 km de raccordement au réseau existant,3 tranchées couvertes (Marigny Brizay, Migné-Auxances et Fontaine le Comte), 5 viaducs, 100 ponts

  • Base travaux à Jaunay-Clan

  • Usine pour la contruction de voussoirs, sur le Viennopôle de Coulombiers

La Ligne à Grande Vitesse Poitiers - Limoges

Le 15 avril 2016, le Conseil d'État  a annulé la déclaration d’utilité publique des travaux nécessaires à la réalisation de la LGV Poitiers-Limoges. Il a en effet jugé que les inconvénients l’emportaient sur les avantages dans des conditions de nature à faire perdre au projet de LGV son caractère d’utilité publique.

Dès juin 2013, suite au rapport de la Commission Mobilité 21 qui préconisait un report du projet au-delà de 2030, l'Assemblée Départementale avait officiellement ajourné le dossier de la LGV Poitiers - Limoges lors de la réunion du Département le 28 juin 2013.

S'interrogeant dès le début sur la pertinence économique de ce projet, le Département de la Vienne a toujours privilégié l'aménagement de la RN 147 (mise à 2x2 voies) ainsi que le développement du réseau TER pour une desserte optimale entre Poitiers et Limoges.

Dernière mise à jour le 15/06/2017