> > > Preval en collèges

Preval : Prévention et valorisation des déchets organiques des collèges

D’abord menée à titre expérimental dans les établissements volontaires, l’action Preval concerne aujourd’hui 14 collèges qui se donnent pour objectif de réduire et de réutiliser les biodéchets produits dans le cadre des activités de la restauration collective et de l’entretien des espaces verts.

Bar à salade en cantine scolaire

Après la mise en place d’Agrilocal86 qui  favorise un approvisionnement responsable, le Département de la Vienne poursuit son engagement auprès des collèges pour les accompagner dans des actions favorables à l’environnement et vertueuse pour l’économie de proximité.

Réduire, valoriser… évoluer

Si chaque collège se donne pour objectif de mieux gérer ses déchets organiques, et donc de réaliser de réelles économies sur certains postes (approvisionnement en produits alimentaires, par exemple), l’action Preval induit des changements bénéfiques sur les pratiques. L’expérimentation a ainsi permis de contribuer à l’amélioration des conditions de travail des agents et à valoriser les métiers de la restauration collective.

Concrètement, Preval s’appuie sur 3 types d’actions : 

  • La lutte contre le gaspillage alimentaire
  • Le tri des déchets alimentaires en cuisine et au réfectoire
  • Le broyage et le compostage des déchets verts, issus de la taille des végétaux

Les collèges engagés

Les 14 collèges impliqués dans l'action Preval, pour une réduction des biodéchets sont :

  • Gérard Philipe à Chauvigny
  • Bellevue à Dangé-Saint-Romain
  • Jean Jaurès à Gençay
  • Georges David à Mirebeau
  • Arthur Rimbaud à Latillé
  • Arsène Lambert à Lencloître
  • Joachim Du Bellay à Loudun
  • Jean Monnet à Lusignan
  • France Bloch Sérazin à Poitiers
  • François Rabelais à Poitiers
  • Théophraste Renaudot à Saint-Benoît
  • Maurice Bedel à Saint-Gervais-les-Trois-Clochers
  • Frédéric et Irène Joliot Curie à Vivonne
  • Camille Guérin à Vouneuil-sur-Vienne

Ce que dit la loi

Imposée par des nécessités écologiques et économiques, la bonne gestion des déchets est également imposée par la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010  : "A compter du 1er janvier 2012, les personnes qui produisent ou détiennent des quantités importantes de déchets composés majoritairement de biodéchets sont tenues de mettre en place un tri à la source et une valorisation biologique ou, lorsqu'elle n'est pas effectuée par un tiers, une collecte sélective de ces déchets pour en permettre la valorisation de la matière de manière à limiter les émissions de gaz à effet de serre et à favoriser le retour au sol." (Art. L. 541-21-1)

Les collèges, producteurs en moyenne de 10 tonnes par an de biodéchets, sont soumis à la loi depuis le 1er janvier 2016.

La restauration collective

Côté cuisine, la lutte contre le gaspillage est un enjeu écologique mais aussi économique. Ce sont des milliers d’euros qui peuvent être économisés dans les collèges chaque année. Sensibiliser les élèves à leurs besoins et leur consommation, les inciter à consommer selon leur appétit est essentiel. Cependant la lutte contre le gaspillage alimentaire s’opère sur toute la chaine alimentaire depuis l’élaboration des menus.

Une fois consommé, le plateau des élèves est trié, les restes peuvent être valorisés. Suivant l’exemple précurseur du Collège Arthur Rimbaud à Latillé, les collèges peuvent céder tout ou partie de leurs restes alimentaires à des élevages de chiens.

Quelques actions concrètes : bar à salade, possibilité pour les élèves de quantifier leurs rations, intervention d’élèves éco-ambassadeurs sur les bons gestes de tri, équipement des collèges en ilots de tri, création de recettes alliant lutte anti-gaspillage et diversité alimentaire, préparation des restes consommables…

 

Les déchets verts

La gestion des déchets concerne également les déchets verts issus de la taille des haies, du ramassage des feuilles mortes, de la tonte des espaces. Là il faut repenser les pratiques d’entretien, tels que le broyage et le compostage qui vont permettre de diminuer les dépôts en déchetterie.

Comme pour le volet restauration, la nécessité de diminuer ses propres déchets pousse les collèges à de nouvelles solutions de valorisation, comme l’entretien d’un jardin pédagogique fertilisé par le compost fait maison.

Quelques actions concrètes : adaptation des haies avec des essences locales et moins productrices de déchet au moment de leur taille, équipement en composteurs, composteurs rotatifs, broyeurs, formation ou accompagnement des agents et des gestionnaires au compostage…

 

Faire ensemble

Chaque collège a constitué une équipe-projet réunissant le personnel administratif (le principal et / ou le gestionnaire), les agents de la restauration et de l’entretien, enseignants et le Département de la Vienne.

Selon l’établissement, élèves et parents d’élèves peuvent être impliqués. Cette logique de projet crée une nouvelle synergie qui redonne du sens à l’action quotidienne des agents en collège.

Contact

Direction de l'Agriculture, de l'Eau et de l'Environnement

Par tél. : 05 49 62 91 61
Par courriel

Dernière mise à jour le 18/12/2017