> Actualités

Non à la LGV Poitiers / Limoges

Le 05/06/2015

Lors de la Commission Permanente du 4 juin 2015, Dominique Marchand, Président de la Chambre d’Agriculture de la Vienne est venu devant le Conseil Départemental pour exprimer les inquiétudes de la profession face à ce délicat dossier.

Dominique Marchand a exposé les craintes qu’ont les exploitants agricoles de la Vienne concernant la LGV Poitiers/Limoges. "On est contre mais il faut anticiper pour protéger les exploitants touchés" c’est pourquoi « il faut continuer à défendre notre ruralité ». Il demande donc au Département de mettre en place l’aménagement foncier autour du tracé.

Dans ces conditions, Marie-Renée Desroses et Rose-Marie Bertaud, Conseillères Départementales respectivement des cantons de Lussac-les-Châteaux et Vivonne n’ont pu que confirmer leurs doutes sur cet épineux dossier et réaffirmer leur opposition à une LGV Poitiers/Limoges :

«  Nous sommes hostiles à ce projet de LGV, rappelle Marie-Renée Desroses, qui massacre notre territoire, prive les communes et leurs habitants, notamment les agriculteurs, de perspectives d’avenir, en figeant les situations, pour un projet, dont on sait tous qu’il n’a pas le moindre début de financement. Il a été estimé à 1,5 milliards d’€, il serait aujourd’hui de 2 à 2,5 milliards. Au final, personne n’en sait rien. »

«  Pour nous, la priorité c’est l’aménagement à 2X2 voies de l’ensemble de l’itinéraire de la RN 147 jusqu’à MAUVILLANT. »

« Nous souhaitons que le Département soit extrêmement vigilant sur l’avancement de ces deux projets pour que l’aménagement de la RN 147 n’ait pas à subir de contraintes ou de surcoûts liés à l’avancement du projet de LGV Poitiers/Limoges. »

Par ailleurs, Rose-Marie Bertaud, Conseillère Départementale de Vivonne, ajoute « Comme nos collègues de Lussac-Les-Châteaux, nous avons fondé l’essentiel de notre campagne sur le non à la LGV. Les habitants nous ont fait confiance. Notre position reste, et restera conforme à cet engagement. »

« Sur le Canton de Vivonne, 9 communes sur 16 sont impactées, avec un avenir difficile à l’horizon des 15 ou 20 prochaines années, et tout particulièrement Iteuil et Aslonnes. »

« Je me réjouis que le Département ait engagé un recours en annulation de ce décret. »


> Consultez l’intervention dans son intégralité de Marie-Renée Desroses (pdf.)
> Consultez l’intervention dans son intégralité de Rose-Marie Bertaud (pdf.)