> Actualités

Présentation du contenu scientifique de l'Historial du Poitou

Le 23/04/2017

Le 6e Historial de France est désormais une réalité avec la définition de son contenu réalisée par son Comité Scientifique.

L’Historial du Poitou rassemblera, à Monts sur Guesnes, dans un lieu attrayant, de manière immersive et vivante, la représentation dynamique de ce qui a fait l’originalité du Poitou. Il fera appel aux dernières technologies numériques : personnages en 3D, films, cartes numériques.

« Ce sera un lieu vivant qui permettra un voyage interactif dans le temps et racontera l’histoire de l’Histoire », explique Bruno Belin, Président du Département.  

Le Comité Scientifique, présidé par Jean-Marie Augustin, Professeur émérite de l’Université de Poitiers, a défini la période et le contenu historique proposés par l’Historial du Poitou dans son ensemble, assurant ainsi la caution scientifique du projet. L’Historial fera ainsi voyager les visiteurs sur 6 thématiques.

La préhistoire

Cet espace chrono-thématique commence avec les peuplements de chasseurs cueilleurs au paléolithique inférieur (- 400 000 ans). La période magdalénienne (- 15 000 ans) est illustrée par l’évocation du «Roc aux Sorciers» à Angles-sur-Anglin et des plaquettes gravées de «La Grotte de la Marche» à Lussac-les-Châteaux. Pendant le Néolithique (- 4 500 ans) se développe le mégalithisme (dolmens, menhirs). L’atelier du Grand-Pressigny est un centre de production de silex taillés qui sont exportés dans toute l’Europe.

L’Antiquité

Le 2e espace met en scène la cité des Pictons, d’abord indépendante, la conquête romaine et la floraison de la civilisation urbaine (Limonum et les villes secondaires). Les constructions foisonnent à Poitiers: l’amphithéâtre, des thermes, l’aqueduc de l’Ermitage.

Le Millénaire Médiéval

Cet espace sera organisé autour de 4 thématiques :

  • Les lieux : construction des châteaux (Lusignan, Chauvigny ...), fondation des abbayes (Saint-Savin, Charroux...), l’émergence du quartier épiscopal à Poitiers (la Cathédrale, le Baptistère).
  • Les personnages, en particulier les femmes : sainte Radegonde, Aliénor d’Aquitaine, Jeanne d’Arc.
  • Les batailles, Vouillé (507), Poitiers (732), Maupertuis (1356).
  • Poitiers capitale : le palais des ducs d’Aquitaine, le procès des Templiers, Jean de Berry, un refuge pour Charles VII, le Parlement, l’université (1431).


Du XVIe au XVIIIe

Poitiers, au XVIe siècle, est l’un des plus grands foyers culturels du royaume. L’université intègre plus de deux mille étudiants (Du Bellay, Rabelais, Tiraqueau, Descartes…). Le Poitou devient ensuite un territoire essentiel aux yeux du roi et de l’Église ; guerres de religion, Poitiers citadelle de la réforme catholique, la province terre de mission pour les ordres religieux. La fin du XVIIe siècle amorce le déclin de Poitiers qui est à peine effleuré par l’esprit des Lumières. Le Poitou est une province comme les autres.

 

Le Poitou et le Nouveau Monde

Dans cet espace, 3 voyages seront évoqués :

  • Les Poitevins au Québec et en Acadie ; des seigneurs du Loudunais, gouverneurs de l’Acadie.
  • La perte de l’Acadie (1755), le «Grand Dérangement», le retour d’Acadiens en Poitou, la Ligne acadienne (Archigny).
  • Des Poitevins au Brésil : Daniel de la Touche, originaire de Berthegon, fonde la ville de San Luis, capitale de l’État du Maranhao.


De la révolution à nos jours

1789, réunion des États généraux : les Poitevins ont la parole. Cinq thématiques seront évoquées :

  • Le cadre administratif : le département de la Vienne, les préfets et les Conseils Généraux, Poitiers siège de la Cour d’appel et chef-lieu d’académie, l’Ecole de droit (Faculté en 1808).
  • La représentation nationale, les députés et les sénateurs : Thibaudeau père et fils, Raoul Péret, René Monory.
  • Un département essentiellement rural : les travaux agricoles, l’essor économique sous le Second Empire, l’artisanat, la Manufacture d’armes de Châtellerault, les carrières, la porcelaine de Chauvigny, La filature de Ligugé.
  • La Vienne dans les guerres franco-allemandes :
    • 1870-1871 : Poitiers ville refuge pour les Parisiens.
    • 1914-1918 : le département joue un rôle de base arrière. Les hommes partis au front, sont remplacés par les femmes dans les ateliers et dans les champs.
    • 1939-1945 : la ligne de démarcation, la collaboration, les camps d’internement, les réseaux de résistance (Louis Renard), les maquis, la Libération.
  • L’Université de Poitiers : les facultés, l’ENSMA, le CESCM, la Technopole du Futuroscope, Michel Brunet.

Bruno Belin et Jean-Marie Augustin ont présenté le contenu scientifique de l'Historial du Poitou mercredi 12 avril à l’Hôtel du Département.

Donnez votre avis

  • Depuis 2009, je mets en ligne sur le site Geneanet.org ma généalogie familiale avec les liens de parenté des nobles qui ont oeuvré pour l'installation de pionniers français en Acadie au XVIIème siècle : Les frères De Razilly et Menou d'Aulnay etc. Egalement parenté avec le Marquis de Pérusse Des Cars qui a installé les réfugiés acadiens au XVIIIème siècle en Poitou.
    Généalogie des descendants acadiens-québécois restés dans le Poitou (gratuit):

    http://gw.geneanet.org/mainepoitou
    15/06/2017 12:12 par Roselyne Leblanc
  • J'accorde beaucoup de crédit à l'oeuvre de la linguiste Geneviève Massignon qui avant 1962 a relevé les actes de baptêmes à La Chaussée de Madeleine et André Brin/Brun (1645 et 1646) recensées en 1671 en Acadie, idem pour l'acte de mariage de Pierre Martin et Catherine Vigneau en 1630 à Bourgueil également recensés en 1671 à Port-Royal.

    Quand à la généalogie des acadiens du Poitou, c'est l'oeuvre d'André Blanchard pour lequel une plaque commémorative dévoilée en 2010 par la commune de La Puye.
    14/06/2017 07:07 par Descendant des acadiens du Poitou
  • Dans le Dictionnaire généalogique des familles acadiennes de l'Université de Moncton (Nouveau-Brunswick, Canada) page 289 et 290, Stephen White précise que Madeleine et Andrée Brun ont été baptisées à La Chaussée en 1645 et 1646. Recensées en Acadie 1671

    Le baptême d'Andrée Brin / Brun du 1646 à La Chaussée est numérisé sur les pages des Archives départementales de la Vienne: http://www.archives.departement86.fr/716-acadie.htm

    Plaque commémorative: http://www.archigny.net/spip.php?article=195
    13/06/2017 07:07 par Boudreau
  • LA LIGNE ACADIENNE : C'est Cenan, Archigny, St Pierre de Maillé et Bonneuil-Matours où des réfugiés acadiens arrivés à ST Malo ont été envoyés parceque le Marquis de Pérusse des Cars proposaient de faire défricher ses terres par les réfugiés dont les ancêtres sont d'origines inconnues comme mes ancêtres Boudrot et Daigle.
    Marie-Christine Chaillou

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Communes/Bonneuil-Matours/n/Contenus/Articles/2011/06/15/Visite-d-un-acadien-a-Frolles
    18/04/2017 15:03 par Marie-Christine
  • Deux grosses erreurs dans l'article ci-dessus :

    Pas de Seigneurs Loudunais qui aient été Gouverneurs d'Acadie !

    Pas de retour d'Acadiens en Poitou puisqu'il n'y a pas eu de départs !

    Les origines acadiennes du Loudunais annoncées ici ou là ne sont qu'un mythe à ce jour ....

    https://www.pressreader.com/canada/acadie-nouvelle/20151128/281711203566388/TextView

    Il ne peut y avoir de Louis Robichaud de la Chaussée puisqu'il n'a pas existé en Acadie de Louis Robichaud ........
    18/04/2017 15:03 par Marie-Christine
  • Erreurs/Poitou et Nouveau Monde

    La Ligne Acadienne c'est : Cenan, St Pierre de Maillé, Archigny et Bonneuil-Matours !

    Une vingtaine seulement d'Acadiens sont restés sur la Ligne Acadienne

    Personne ne connaît les origines de leurs ancêtres donc il n'y a pas eu de retour des Acadiens en Poitou ! mes Ancêtres Pierre Boudrot et Françoise Daigle ont vécu à Bonneuil-Matours ( Frolles) Ferme N° 25

    http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Communes/Bonneuil-Matours/n/Contenus/Articles/2011/06
    14/04/2017 20:08 par Marie-Christine
  • Erreurs/ Le Poitou et le Nouveau Monde

    Menou de Charnizay et Razilly n'étaient pas Seigneurs du Loudunais , De Menou n'a pas vécu en Loudunais ni Razilly Commandeur de l'Ile Bouchard (Touraine) !

    Pas d'origines loudunaises retrouvées pour les migrants Acadiens ! ex :

    http://www.acadienouvelle.com/etc/gensdici/2017/02/05/racines-acadiennes-antoine-babin-marie-mercier/

    Pas de retour d' Acadiens en Poitou puisqu'il n'y a pas eu de départs, ceux envoyés en Poitou en 1773 sont nés en Acadie



    Le Comité scientifique de l'Historial du Poitou a pris en compte les commentaires effectués par les Amitiés Généalogiques Canadiennes Françaises (AGCF) sur les relations entre la province et l'Acadie.

    Aucune erreur n'a été commise par le Comité scientifique à ce sujet. Tout d'abord, il n'a jamais été dit qu'Isaac de Razilly  ou Charles de Menou d'Aulnay de Charnizay étaient seigneurs DU Loudunais; le pays faisait partie du domaine royal. Ces deux gouverneurs de l'Acadie ont en revanche des liens avec le Loudunais. Comme l'a montré Geneviève Massignon dans sa thèse de doctorat ès lettres : "Les Parlers français" d'Acadie, Paris, Klincksieck, 1962, Razilly était né en 1587 au château d'Oiseauxmelles, dans la paroisse de Roiffé (gouvernement du Poitou, bailliage de Loudun, diocèse de Poitiers, généralité de Tours). Son cousin, Charles de Menou d'Aulnay de Charnizay, était seigneur EN Loudunais. Il avait hérité de sa mère la seigneurie d'Aulnay, proche de Loudun, qui s'étendait également sur le territoire des paroisses d'Angliers, de Martaizé et probablement de La Chaussée. Il est aussi certain que Menou d'Aulnay est venu en Loudunais comme en témoigne sa signature au bas d'actes de baptême conservés dans les registres paroissiaux de La Chaussée (Archives départementales de la Vienne, E dépôt 69 GG 1, 5 MI 0836). Peut-on  déduire maintenant de leurs attaches en Loudunais que ces deux gouverneurs y ont recruté des colons pour l'Acadie ? Rien n'est moins sûr, car des recherches récentes ont démontré que les départs étaient liés à des initiatives individuelles. 

    Il n'est en effet pas question d'avancer, comme l'a fait Geneviève Massignon, que des colons acadiens étaient originaires du Loudunais. On peut seulement constater une similitude  entre certains patronymes  mentionnés sur "le Rolle des habitans de la Coste d'Accadie" de 1671 et des noms trouvés dans les registres paroissiaux du Loudunais, sans pouvoir en dire davantage. Seules deux familles, d'après les recherches menées par Denis Savard (voir "Racines acadiennes : Le mythe de La Chaussée et du Loudunais, www.acadienouvelle.com") peuvent être rattachées à La Chaussée. Geneviève Massignon est allée trop loin dans ses affirmations. il est indéniable cependant que son enquête sur le parler acadien a permis de recenser de nombreux termes empruntés à la langue poitevine.

    À propos de l'établissement des Acadiens en Poitou au XVIIIe siècle, il serait complètement absurde d'avancer qu'ils étaient les descendants de ceux qui seraient partis du Loudunais. La thèse de référence est celle d'Ernest Martin, soutenue auprès de la Faculté des lettres de Poitiers en 1936 : "Les exilés acadiens en France au XVIIIe siècle et leur établissement en Poitou" (rééd. Poitiers, Brissaud, 1979). Il y démontre que des  Acadiens ont été accueillis en 1774 sur les terres du marquis de Pérusse des Cars, seigneur de Monthoiron, et de l'évêque de Poitiers en vue de défricher des brandes. Leur installation s'est faite dans les paroisses d'Archigny, Cenan, La Puye et Saint-Pierre-de-Maillé. Il en reste aujourd'hui les fermes de "La Ligne acadienne" à Archigny. Les difficultés rencontrées par les Acadiens sont immenses et, très vite, beaucoup d'entrent eux quittent le Poitou pour regagner les ports de l'Atlantique. Certains s'établissent en Lousiane. Seules demeurent 25 familles totalisant 183 personnes, dont les familles Boudrot et Daigle.
    14/04/2017 20:08 par Marie-Christine