> > > Le réseau routier départemental

Le réseau routier départemental

Le Département gère 4 780 km de routes départementales (RD). Ce réseau comprend également les ponts et les murs de soutènement. Les routes et les ouvrages d’art font l’objet d’une programmation continue pluriannuelle pour leur modernisation et leur sécurisation.

Un réseau catégorisé

L’organisation hiérarchisée du réseau départemental permet de donner des priorités aux interventions des services du Département :

  • Le réseau structurant 1 (RS1)
    Il concerne l’aménagement du territoire départemental, en articulation avec le réseau autoroutier ou le réseau national existant. Son aménagement doit participer à la fluidité du trafic et à la sécurité de l’usager.
  • Le réseau structurant 2 (RS2)
    Le RS2 assure la continuité du RS1, l’accès aux pôles économiques majeurs du Département ainsi que les liaisons interdépartementales.
  • Le réseau de développement local 1 (RDL1)
    Le RDL1 assure les liaisons intercantonales tandis que le réseau de développement local 2 (RDL2) assure les liaisons intercommunales et le maillage local. Ces deux réseaux représentent 4 218 km.

La surveillance du réseau

 

Une veille permanente du réseau routier permet d’évaluer l’état des routes, d’identifier les dégradations et de programmer les interventions nécessaires.

Le relevé de dégradation peut être réalisé à l’aide d’un véhicule de balisage informatisé qui permet l’analyse de l’état du revêtement (fissures, faïençage, orniérage).
Mais la technologie ne fait pas tout. La technicité des équipes en subdivision et l’œil sont aussi de bons moyens pour repérer l’état des routes.

Ainsi, les équipes interviennent sur le domaine public routier départemental.

Bien que gestionnaire du domaine public routier, le Département n’est pas le seul à intervenir sur ce réseau. Les concessionnaires de transport et de distribution d’énergie (électricité, gaz), les opérateurs de télécommunications et les gestionnaires des oléoducs peuvent également intervenir directement.

Zoom : Sur la route, qui fait quoi ?

L’aménagement, l’entretien et la conservation du Domaine Public Routier relève de la compétence du gestionnaire de voirie : de l’Etat pour les RN, du Département pour les RD, de la Commune pour les voies communales.
La police de circulation relève du même gestionnaire sauf en agglomération ou cela relève du pouvoir de police du Maire.

Chiffres-clés de la voirie départementale

  • 4 780 km de Routes Départementales (RD)
  • 703 ponts sur les RD
  • 308 murs de soutènement
  • Environ 260 agents
  • 5 Subdivisions et 23 centres d’exploitation répartis sur tout le territoire pour des interventions de proximité sur un périmètre défini
  • 1 Centre Technique Départemental regroupant 1 Centre d’Exploitation des voiries péri-urbaines et 1 Pôle Méthodes, Matériel et Travaux.
  • 1 Pôle Grands Travaux, 1 Pôle Ouvrages d’Art, 1 Service Entretien et Exploitation de la Route, 1 Pôle Administratif et 1 Pôle Transport des Elèves en Situation de Handicap.

Pour aller plus loin

Charte des circulations agricoles

La circulation des engins agricoles impose des contraintes dans les aménagements de voirie qu’il est nécessaire de prévoir et d’organiser.

En savoir plus

 

Comment réaliser un point d’arrêt ?

Le Département de la Vienne, dans le cadre de ses compétences et de son Schéma Directeur d’Accessibilité s’est engagé dans la mise en accessibilité de son réseau de transports interurbains Lignes en Vienne. Son « Cahier de recommandations des aménagements des points d’arrêt de transport routier » a pour objectif d’être un outil d’aide à la décision destiné aux communes, communautés de communes etc…

Téléchargez :

Les routes et l’environnement

 

Contact

Direction des Routes

Par tél. : 05 49 62 91 33
Par courriel

Dernière mise à jour le 08/10/2019